Accueil > Chasse au Gibier d’eau Canard Sarcelle Bécassine Chasse à la Passée

Chasse au Gibier d’eau

Comme son nom l’indique, la chasse au gibier d’eau désigne la chasse de certaines espèces d’oiseaux migrateurs dont notamment la famille des anatidés (tout ce qui est palmipède avec un bec aplati comme les canards sauvages ou les sarcelles…) et la famille des rallidés (les espèces de poules d’eau, les échassiers…).

  Acheter votre equipement de chasse

Etant donné la catégorie particulière du gibier à débusquer, la chasse au gibier d’eau connaît plusieurs techniques d’approche. Mais quoiqu’il en soit, en général les chasseurs ne manquent pas de faire appel à des chiens d’arrêt pour les aider dans leurs parties de chasse.

A ce propos, les labradors, restent les plus appréciés des spécialistes pour leur endurance et leur faculté à assister leur maître. Dans la pratique, les chasseurs de gibier d’eau doivent rester à proximité des plans d’eau (ère de jeu du gibier) pour tirer sur le gibier, ou trouver un moyen de rejoindre le plan d’eau et pour s’approcher le plus près possible du gibier pour pouvoir l’atteindre.

La plupart du temps, le chasseur aura toujours besoin de ce que l’on appelle un « appelant » pour attirer le gibier d’eau sur le plan d’eau. L’appelant, selon les cas, peut être artificiel ou naturel (c’est un vrai oiseau aquatique domestiqué).

Parmi les gibiers d’eau les plus prisés des passionnés en Hexagone, on peut citer entre autres l’oie cendrée d’Europe qui peut peser jusqu’à 4,5 kg ou encore la sarcelle d’été, la sarcelle d’hiver, la foulque macroule, et le préféré de tous les passionnés, la bécassine des marais.

Types de chasses

Pour débusquer la bécassine et les sarcelles, les chasseurs n’utilisent pas moins de six techniques de chasse différentes. La première d’entre elles est la technique de « la chasse à la botte » utilisée pour les bécassines.

  Acheter votre equipement de chasse

Grosso modo, cette méthode de chasse implique la prospection des abords des marais humides peu profonds pour débusquer la bécassine. La complicité avec un chien d’arrêt expérimenté s’avère ici impératif, tout autant que l’utilisation d’un équipement spécifique qui permettra au chasseur d’explorer le milieu très rude qu’il aura à parcourir.

Il y a également la méthode de la « chasse à la passée ». Utilisée surtout pour lever les canards sauvages migrateurs, cette technique implique du chasseur des efforts de camouflage et d’immobilité depuis une planque pour attendre le passage des oiseaux.

Ici aussi, la complicité avec un chien d’arrêt s’avère nécessaire et de préférence un labrador. Dans le même genre que « la chasse à la passée », il y a « la chasse à la hutte ». En effet, ici également le chasseur devra se cacher en attendant le passage ou l’arrivée du gibier.

La seule différence c’est que dans cette méthode particulière, les traqueurs utilisent une « hutte » munie d’une visière pour se mettre à l’affût de leur proie. A l’opposé de ces techniques de chasse sur « terre », il y a également la méthode de la « chasse au bateau ».

Dans cette pratique, le chasseur est obligé de rejoindre l’environnement aquatique du gibier sur un bateau (sans moteur ou dont le moteur est à l’arrêt car le contraire est interdit par la loi) pour l’approche en douceur. Enfin, on a la technique de « la battue » qui consiste essentiellement à diriger le gibier vers une ligne de tireurs embusqués.

  Acheter l’equipement pour votre chien de chasse


Notez cette page :
Chasse au Gibier d’eau Canard Sarcelle Bécassine Chasse à la Passée 4.23/5 - 22 votes




Partagez cette page :

Commentaires :








Rejoignez
la communauté
Chassorama

+ de 30 000 membres

+ le guide 2015 offert


Vos chiens préférés :